Retour

En attendant le petit Poucet (à 10h & 14h30)

11 janvier Théâtre & Lecture
En attendant le petit Poucet (à 10h & 14h30)

L’OEUVRE.

Le Grand et la Petite se rencontrent, ils sont seuls, ils ont quitté leur pays en ruine. Ils deviennent frère et sœur et marchent à la rencontre d’un petit coin vu en rêve où ils pourront quitter leurs chaussures et se reposer un peu. Un petit caillou blanc les suit. Ils traversent des rivières, bivouaquent sous les étoiles, fraternisent avec les grenouilles, font réapparaître leur mère et frappent enfin à la porte d’un écrivain.
Dans la forme d’une écriture en apparence simple, le texte aborde des sujets troublants qui interrogent le monde et notamment celui de l’immigration et des réfugiés politiques. Dans le voyage de ces deux personnages, on voit s’esquisser la figure de l’apatride, celui qui n’a pas d’identité et d’appartenance à un pays. C’est par la poésie et la tonalité absurde que les interrogations et les réflexions sur notre monde actuel émergent au fil du texte.
Ce conte, revisité par Philippe Dorin, permet un regard neuf sur le Petit Poucet, une rêverie sur la
notion du chemin, du temps et du parcours que l’on traverse pour avancer, à l’extérieur comme à l’intérieur de nous-mêmes.
Comment l’homme, pour éviter la catastrophe, s’invente-t-il des rêves pour construire un avenir prometteur et joyeux ? Le Petit Poucet sème ses cailloux comme des rêves qu’il s’obstine à poursuivre et tente non pas de retrouver le chemin de la maison familiale, mais de construire un nouveau foyer, ou du moins de raconter son histoire, retrouvant par là sa place dans la cité.
L’espoir triomphe par la parole, et le bonheur éclot dans le lien solide que les deux personnages tissent.

 

PHILIPPE DORIN - L’AUTEUR
Depuis 1980, Philipe Dorin écrit des pièces de théâtre et des livres destinés aux enfants. Les contes traditionnels sont pour lui des modèles, d’une part pour la variété et la richesse de l’imaginaire qu’ils portent, d’autre part pour la clarté des situations qu’ils mettent en scène et la simplicité de la langue dans laquelle ils sont écrits.

Dans ses histoires, le fantastique naît souvent de situations très concrètes, mais légèrement décalées de la réalité. C’est tout ce jeu entre le caractère invraisemblable d’une histoire et la logique implacable qui doit pourtant la sous-tendre qui l’intéresse. Car il pense qu’écrire une histoire, ce n’est pas tant transporter le lecteur ou le spectateur dans un monde imaginaire que rendre ce monde lointain tout proche de lui, si près qu’il puisse le toucher.

SYLVIANE FORTUNY - LA METTEUSE EN SCENE
Sylviane Fortuny est née en avril 1951 à Casablanca au Maroc. Elle découvre le théâtre destiné aux enfants en 1986, au Théâtre de Sartrouville (Heyoka). avec Kim Vinter et Bernard Sultan, pour lesquels elle travaille d’abord comme manipulatrice de marionnettes, puis comme comédienne jusqu’en 1993.
En 1994, elle rencontre Philippe Dorin avec lequel elle fonde la compagnie « Pour ainsi dire » à Paris en 1997. Ils mènent un travail d’écriture à partir de matériaux simples tels que des boulettes de papiers et des petits cailloux.
Il s’agit pour eux d’installer, en préalable à la création, un univers poétique d’où, par le regard qu’ils portent et les jeux qu’ils s’inventent, naîtront les bases d’une histoire qui ne s’écrira pas seulement avec des mots. Toutes leurs réalisations entretiennent un lien étroit avec la littérature, soit en dressant le portrait d’écrivain imaginaire, soit en aboutissant à des naissances rêvées de l’écriture.
Elle travaille également comme comédienne et manipulatrice avec plusieurs autres compagnies entre 1996 et 1998, et réalise des mises en scène pour Françoise Pillet (Emile et Angèle, correspondance – 2002), Joëlle Rouland (L’envolé -2004) et Serge Marois au Québec (La robe de ma mère – 2008).

PHILIPPE DORIN - L’AUTEUR
Depuis 1980, Philipe Dorin écrit des pièces de théâtre et des livres destinés aux enfants. Les contes traditionnels sont pour lui des modèles, d’une part pour la variété et la richesse de l’imaginaire qu’ils portent, d’autre part pour la clarté des situations qu’ils mettent en scène et la simplicité de la langue dans laquelle ils sont
écrits. Dans ses histoires, le fantastique naît souvent de situations très concrètes, mais légèrement décalées de la réalité. C’est tout ce jeu entre le caractère invraisemblable d’une histoire et la logique implacable qui doit pourtant la sous-tendre qui l’intéresse. Car il pense qu’écrire une histoire, ce n’est pas tant transporter
le lecteur ou le spectateur dans un monde imaginaire que rendre ce monde lointain tout proche de lui, si près qu’il puisse le toucher.


NAISSANCE D’UN TRIO / UNE INVENTION

En Attendant le Petit Poucet donne voix à deux personnages : La
Petite
et Le Grand. Cependant, lors de la création avec la metteuse
en scène Sylviane Fortuny, nous avons décidé de la naissance d’un
troisième personnage. Écrivain, créateur, adulte en tout cas, celui-ci
mettrait en lumière sous un jour nouveau et la profondeur et la prose
du texte de Philippe Dorin. Cherche-t-il aussi sa place ? Sa rêverie artistique
au plateau révèle le processus de création, où de nombreux
art se croisent pour faire naître une oeuvre.
Présent sur le plateau, autonome dans un espace poétique bien à lui,
il provoquera certaines situations, intentionnellement ou par inadvertance,
qui seront des points de rencontre entre les personnages.
Ainsi sont présents trois comédiens au plateau, et un petit caillou.
Nous avons donc opté pour une triple distribution au service du texte.
Placée sous le signe d’une création collective, il s’agit de mettre en
oeuvre les talents de chacun d’entre nous afin de faire ressortir l’originalité
de chaque trio.


Distribution 1 : Mélanie Vayssettes, Romain Verstraeten-Rieux et
Simon Le Floc’h (jeu et guitare)
Distribution 2 : Manuel Diaz, Morgane Nagir et Florian Pantallarisch
(jeu et basson)
Distribution 3 : Pierre-Olivier Bellec, Sara Charrier, Victor Ginicis
(Jeu et chant).
Metteure en scène : Sylviane Fortuny
Assistant : Antoine Thiollier
Constructeur : Otto Ziegler
Costumière : Militza Gorbatchevski
Création lumière : Cyril Monteil

Sélectionnez une date Sélectionnez une date